-A +A

Bij overeenkomsten strijdig met de openbare orde wordt verrijking zonder oorzaak soms door rechter toegelaten in belang van sociale orde

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Hof van Cassatie
Datum van de uitspraak: 
maa, 15/02/2016
A.R.: 
C.14.0448.F

Uit de samenhang van artikel 1131 van het Burgerlijk Wetboek en het algemeen rechtsbeginsel van verrijking zonder oorzaak blijkt dat, aangezien de overeenkomst uit een ongeoorloofde oorzaak geen gevolg kan hebben, de verrijking van diegene die de uitvoering ervan geniet zonder oorzaak is; de rechter kan de vordering van de verarmde evenwel verwerpen wanneer hij feitelijk oordeelt dat aldus de preventieve rol van de sanctie voor de overeenkomst uit ongeoorloofde oorzaak in het gedrang komt of als de maatschappelijke orde vereist dat de verarmde zwaarder bestraft wordt.

Publicatie
tijdschrift: 
juridat
In bibliotheek?: 
Dit item is beschikbaar in de bibliotheek van advocatenkantoor Elfri De Neve

Nr. C.14.0448.F
EUROPEAN SOCIETY FOR RADIOTHERAPY AND ONCOLOGY, ES-TRO afgekort, internationale vereniging zonder winstoogmerk,
tegen
EQUAL-ESTRO, vennootschap naar Frans recht,

I. RECHTSPLEGING VOOR HET HOF
Het cassatieberoep is gericht tegen het arrest van het hof van beroep te Brussel van 9 april 2014.
(...)

II. BESLISSING VAN HET HOF

Eerste onderdeel
(...)

Tweede onderdeel

Het arrest oordeelt dat "de eiseres onterecht aanvoert dat zij, overeenkomstig de bepaling vervat in artikel 32, § 1, a), van de wet van 24 juli 1978 betreffende de tijdelijke arbeid, de uitzendarbeid en het ter beschikking stellen van werknemers ten behoeve van gebruikers, niets anders heeft gedaan dan sommige van haar werknemers ter beschikking stellen van de verweerster in het kader van de sa-menwerking tussen de ondernemingen van eenzelfde economische en financiële entiteit, aangezien de eiseres niet aantoont dat de voorwaarden voor die terbe-schikkingstelling vervuld waren".

In tegenstelling met wat het onderdeel onderstelt, steunt het arrest zijn beslissing om de vordering tot betaling van de eiseres te verwerpen niet op een schending van de voornoemde bepaling, maar op het feit dat de voorwaarden om van het af-wijkende stelsel te genieten niet vervuld zijn.

In zoverre mist het onderdeel feitelijke grondslag.

Voor het overige kan volgens artikel 6, Burgerlijk Wetboek, aan de wetten die de openbare orde en de goede zeden betreffen, door bijzondere overeenkomsten geen afbreuk worden gedaan en kan krachtens artikel 1131 van dat wetboek een verbin-tenis, aangegaan uit een ongeoorloofde oorzaak, geen gevolg hebben.

Artikel 31, § 1, eerste lid, van de voornoemde wet van 24 juli 1987 bepaalt dat de activiteit die buiten de in de hoofdstukken I en II voorgeschreven regels, door een natuurlijke persoon of een rechtspersoon wordt uitgeoefend om door hen in dienst genomen werknemers ter beschikking te stellen van derden die deze werknemers gebruiken en over hen enig gedeelte van het gezag uitoefenen dat normaal aan de werkgever toekomt, verboden is.

Uit die bepaling die van openbare orde is, volgt dat de overeenkomst waarbij de werkgever werknemers ter beschikking van derden stelt, met miskenning van dat verbod, volstrekt nietig is.

Het onderdeel dat in dit opzicht volledig uitgaat van het tegendeel, faalt naar recht.

Derde onderdeel

Krachtens artikel 31, Burgerlijk Wetboek, kan de verplichting uit een ongeoor-loofde oorzaak geen gevolg hebben.

Het algemeen rechtsbeginsel van de verrijking zonder oorzaak vereist dat er geen oorzaak is van de verarming of de verrijking.

Uit de samenhang van die bepalingen volgt dat, aangezien de overeenkomst uit een ongeoorloofde oorzaak geen gevolg kan hebben, de verrijking van diegene die de uitvoering ervan geniet, zonder oorzaak is. De rechter kan de vordering van de verarmde evenwel verwerpen wanneer hij feitelijk oordeelt dat aldus de preven-tieve rol van de sanctie voor de overeenkomst uit ongeoorloofde oorzaak in het gedrang komt of als de maatschappelijke orde vereist dat de verarmde zwaarder bestraft wordt.

Op grond van de overwegingen dat "de eiseres de betaling van de facturen voor het loon van werknemers die zij ongeoorloofd ter beschikking van de verweerster heeft gesteld, niet kan vorderen", dat die "ongeoorloofde terbeschikkingstelling van haar werknemers" op een "ongeoorloofde oorzaak" steunt en dat "de inwil-liging van de vordering die, in ondergeschikte orde, op de verrijking zonder oor-zaak steunt, de doeltreffendheid van de door de wet bepaalde sanctie teniet zou doen en kennelijk strijdig zou zijn met de doelstellingen van bescherming van de categorieën van werknemers bedoeld door de wetgever", kon het arrest naar recht beslissen dat die vordering niet gegrond is.

Het onderdeel kan niet worden aangenomen.
(...)

Dictum
Het Hof,
Verwerpt het cassatieberoep.
Veroordeelt de eiseres tot de kosten.
Aldus geoordeeld door het Hof van Cassatie, derde kamer, te Brussel,  en in openbare terechtzitting van 15 februari 2016 uitgesproken

C.14.0448.F
Conclusions de l'avocat général Genicot:

1. Il résulte de l'arrêt attaqué que les principales circonstances de la cause utiles à l'examen du pourvoi sont brièvement les suivantes.

Le 5 décembre 2006, l'Association internationale sans but lucratif EUROPEAN SOCIETY FOR RADIOTHERAPY AND ONCOLOGY (en abrégé ESTRO), demanderesse, et la Société par actions simplifiée de droit français EQUAL ESTRO, défenderesse, ont conclu un contrat de services mutuels prévoyant notamment que les services fournis par la première à la seconde seraient facturés périodiquement et calculés sur le coût du personnel effectivement utilisé pour prester les services.

Le litige est relatif au non-paiement de certaines factures émises par la demanderesse et couvrant des frais et salaires que celle-ci déclare avoir supportés au profit de la défenderesse.

Le litige a été porté en justice par citation du 29 janvier 2010.

Le jugement entrepris du tribunal de commerce du 10 juin 2011 a notamment dit la demande de ESTRO, demanderesse, recevable et partiellement fondée.

Sur appel notamment de EQUAL ESTRO, défenderesse, l'arrêt attaqué reçoit les appels principal et incident, déclare seul fondé l'appel principal de EQUAL ESTRO, défenderesse, réforme le jugement entrepris sauf en ce qu'il a dit la demande de ESTRO recevable, déclare la demande originaire de ESTRO non fondée et condamne ESTRO aux dépens.

Un moyen unique est proposé à l'appui du pourvoi.

2. Le moyen unique fait grief à l'arrêt attaqué de recevoir l'appel principal de la défenderesse, de déclarer cet appel principal fondé, de réformer le jugement entrepris sauf en ce qu'il a dit la demande de la demanderesse recevable, et de déclarer la demande originaire de la demanderesse non fondée, "spécialement en tant qu'elle tendait au paiement par la défenderesse à la demanderesse de la somme de 217.640,35 euros correspondant au coût salarial du personnel de la demanderesse mis à la disposition de la défenderesse pour la période de janvier à juin 2009" (1).

3. Le moyen unique, en sa deuxième branche, fait valoir que dans la mesure où la convention par laquelle un prêteur met son personnel à la disposition d'un utilisateur en violation des articles 31 et 32 de la loi du 24 juillet 1987 dans sa version applicable aux faits, est frappée de nullité conformément à l'article 33 de cette loi, cette nullité n'est qu'une nullité relative édictée dans l'intérêt des travailleurs et dont seuls ceux-ci peuvent se prévaloir à l'encontre du prêteur, à l'exclusion de l'utilisateur, et ce même si cette convention a pour effet de restreindre les droits des travailleurs concernés ou d'aggraver leurs obligations.

Le moyen, en cette branche, soutient dès lors notamment que, ce faisant, en attribuant à la nullité résultant de la violation des articles 31 et 32 de la loi précitée du 24 juillet 1987 le caractère d'une nullité absolue ou à tout le moins d'une nullité relative dont l'utilisateur peut se prévaloir, l'arrêt attaqué viole ces dispositions ainsi que l'article 33 de la même loi.

4. Je suis d'avis que le moyen, en sa deuxième branche, est fondé dans la mesure suivante.

En vertu des articles 31, §1er, alinéas 1er et 2, 32, §1er, et 32 bis, §1er, de la loi du 24 juillet 1987 sur le travail temporaire, le travail intérimaire et la mise de travailleurs à la disposition d'utilisateurs, dans sa version avant sa modification par la loi du 6 juin 2010, est, en règle, interdite l'activité exercée, en dehors des règles fixées aux chapitres Ier et II de cette loi, par une personne physique ou morale qui consiste à mettre des travailleurs qu'elle a engagés, à la disposition de tiers qui utilisent ces travailleurs et exercent sur ceux-ci une part quelconque de l'autorité appartenant normalement à l'employeur.

L'article 39, 4°, de cette loi énonce que sans préjudice des dispositions des articles 269 à 274 du Code pénal, sont punis de l'emprisonnement et de l'amende qu'il précise ou d'une de ces peines seulement l'utilisateur qui occupe des travailleurs en violation des dispositions des articles 31 et 32, à l'exception du §4, alinéa 2, ainsi que ses préposés ou mandataires.

L'article 31, §2, de la même loi dispose que le contrat par lequel un travailleur a été engagé pour être mis à la disposition d'un utilisateur en violation de la disposition de l'article 31, §1er, est nul à partir du début de l'exécution du travail chez celui-ci.

Mais aux termes de l'article 33 de ladite loi, toute stipulation contraire aux dispositions de cette loi et de ses arrêtés d'exécution est nulle pour autant qu'elle vise à restreindre les droits des travailleurs ou à aggraver leurs obligations.

Selon moi, il résulte des termes et du rapprochement de ces dispositions que, fût-il puni d'une sanction pénale, le non-respect de l'interdiction qui est prévue d'exercer, en dehors des règles légales, une activité de mise de travailleurs à la disposition d'utilisateurs, est accompagné d'une nullité relative au profit des travailleurs mais non d'une nullité absolue ou relative au profit des utilisateurs (2).

Je ferai encore remarquer, d'une part, qu'il serait pour le moins étrange de permettre à un utilisateur condamné pénalement de se prévaloir d'une nullité, d'autre part, que, dans la présente cause, votre Cour n'est pas amenée à se prononcer sur la question de savoir si, par exemple, l'autorité ou l'organisme tenus d'appliquer les lois et règlements en matière de droit de la sécurité sociale ne peuvent pas aussi se prévaloir d'une nullité relative, de sorte que cette question-là reste ouverte.

En décidant autrement que conformément à la règle mise en exergue ci-dessus, l'arrêt attaqué viole les articles 31, 32, 33 et 39 de la loi du 24 juillet 1987 dans sa version précitée.

5. J'incline à penser qu'il y a lieu de casser l'arrêt attaqué sauf en tant qu'il reçoit l'appel principal et qu'il statue à l'égard de la S.P.R.L. EQUAL QAIR.

6. Il apparaît sans intérêt d'examiner le moyen, en ses première, troisième et quatrième branches, qui ne pourrait entraîner une cassation plus étendue.

Conclusion: cassation partielle.
______________
(1) Requête en cassation, 3e feuillet.
(2) Comp. Cass. 30 juin 2003, RG S.02.0098.F, Pas. 2003, n° 387, avec concl. de M. Leclercq, premier avocat général; Cass. 6 septembre 2005, RG P.05.0678.N, Pas. 2005, n° 412; voir toutefois Cass 1er décembre 2008, RG S.07.0043.N, Pas. 2008, n° 683, motifs, avec concl. de Mme Mortier, avocat général, publiées dans AC.
 

Noot: 

• De Juristenkrant VAN DAMME, Sébastien; Noot 'Hoog prijskaartje bij verboden terbeschillingstelling van werknemers' 2016, nr. 330, p. 4.

• Revue Générale de Droit Civil [RGDC] DAUMEN, Laura; Note 'Nullité et restitution - A propos de la nullité d'une convention portant mise à disposition de travailleurs conclue en méconnaissance de la loi du 24 juillet 1987' 2017, n° 1, p. 36-48.

Gerelateerd
Aangemaakt op: zo, 07/01/2018 - 11:13
Laatst aangepast op: zo, 07/01/2018 - 11:13

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.